Vivre

Imperfecta: "Il faut parler ... du loyer"

Cette phrase, historiquement terrifiante, a atteint au cours des derniers mois une dimension qui dépasse celle du champ de l'amour. C’est le nouveau "nous devons parler" de votre propriétaire, c’est-à-dire le propriétaire de l'étage où vous habitez la location. Il est presque préférable d'entendre ce que votre partenaire vous dit. Une amie à moi s'est retrouvée, le matin et sans médiateur de café, un "nous devons parler" de sa propriétaire dans son plateau WhatsApp. Il attrapa le cadre du lit, toujours dans le noir, essayant de secouer le nid du guignol. Et en effet la chose s'est terminée en rupture.

La propriétaire a écrit pour annoncer une hausse de 200 euros par mois au sol, "parce que c’est ce qui se passe actuellement à Madrid et que vous payez en deçà du marché". Mon amie a imaginé que le marché anthropomorphique sortait ses valises de son lit et disait: "Arriba, c'est ton geste".

Les pires ne sont pas ceux déménagements forcés, ni la recherche tortueuse d’un étage suivant, le pire, c’est qu’ils supposent la rupture avec ce qui est attendu. Parce que vous vous attendiez à vivre à partir d'un certain âge avec le confort qui vous a été présenté dans votre enfance et loin de là. Ce qui se passe actuellement, c’est la transition entre deux bulles: de la bulle idéale et tangible de la maison du père à la bulle immobilière immatérielle. Fait intéressant, la deuxième bulle reprend parfois, la boîte en carton, à la première.

Plus de La imperfecta ...

- Le désir imparfait et impossible du ventre plat

- Le promeneur de livres, par Imperfecta

- Imperfecta: La salle de sport et son effet placebo

Vidéo: Ricky Furiati - Imperfecta (Juillet 2019).